_DSC0050

Au début, il y a les portraits, toujours un peu figés, le nouveau-né bien sûr, l’enfant qui grandit, les mariés, la famille… Des photos de professionnels censées témoigner aux yeux de tous de la cohésion du groupe et du bonheur familial.

Avec l’apparition de l’appareil Kodak, viennent les photos-souvenirs, souvent mal cadrées, toujours un peu floues, que l’on prend soi-même pour immortaliser les grands moments de la vie familiale : communion, fête, anniversaire,  voyage… Instantanés sur lesquels on se refuse désormais de poser, ces clichés sont plus naturels, plus « vrais ».

La couleur apparaît, puis les films super 8, la vidéo, la photo numérique, l’Internet, le smarphone, Instagram, le selfie… et nous sommes sans doute au début d’une révolution dont nous ne soupçonnons pas nécessairement les progrès encore à venir.

En près de deux cents ans, la photographie a bien changé. Sa technologie a évolué, son contenu s'est modifié, mais son objectif reste identique : tenter de figer l’instant, alors même qu’elle ne fait jamais que témoigner d’un présent éphémère mué en passé sitôt appuyé sur le déclencheur. C’est pourquoi, d’hier ou d’aujourd’hui, elles restent des témoignages uniques sur le temps qui passe, ses modes et conventions, les relations familiales, la répartition des tâches au sein du couple, les métiers et, finalement, l’évolution des techniques, des mœurs et de la société tout entière.

Numériser 1

Sur la peau de mouton : Lorraine, dans les années 20

Louche

Mamilouve dans les années 50 : plus question de poser !

IMG_0001_NEW

Relax et précoce :-) : Grand-Loup, dans les années 70

IMG_0003

En 1980, avec le buggy, Louve Chérie voyage "légère" 

#3 - Version 2

Petit Loup : coucou vous !