P1130139

Si les Grecs ont fondé Marseille en 600 avant JC, les Romains n'ont pas tardé ensuite à occuper toute la Provence. Les vestiges gallo-romains fourmillent dans la région : Arles, Nîmes, Aix-en-Provence regorgent de monuments, arênes notamment, datant des premiers siècles de notre ère et que nous avions découverts lors de précédents séjours dans la région. Cette fois, nous avons donc plutôt visité Glanum, à Saint-Remy-de-Provence, qui connut son apogée à l'époque du premier empereur romain Auguste, soit pas très longtemps après la conquête de la Gaule par Jules César, mais sa fondation au creux d'un vallon des Alpilles date, semble-t-il, de l'âge du fer. Sa population d'origine est celle de Salyens et son histoire complexe passe par des influences grecques, avant l'occupation romaine. Sa période de prospérité s'arrête vers 270 avec les invasions barbares qui la mettent à sac. Ses pierres seront alors récupérées pour construire la ville qui deviendra Saint-Rémy-de-Provence. Les ruines disparurent alors sous les alluvions s'écoulant des Alpilles. Les fouilles ne commencèrent qu'en 1921. Les vestiges se répartissent de chaque côté de la route : les plus monumentaux, l'arc de triomphe et le mausolée (en réalité un cénotaphe) formant "Les Antiques", d'un côté, la ville proprement dite de l'autre. Une balade sur le site permet de se rendre assez bien compte de la vie des habitants au début de notre ère.

P1130137

P1130138

P1130142

P1130143

P1130147

P1130145

Autre haut lieu de l'époque antique : Vaison-la-Romaine. Nous y sommes malheureusement arrivés trop tard pour visiter les sites, mais un coup d'oeil par dessus les grilles nous a convaincus qu'il faudra revenir.

P1130235

P1130236

En Bourgogne, c'est Autun qui nous a réservé quelques surprise gallo-romaines. Et tout d'abord, ses remparts.  Fondée par les Romains comme Augustodunum au début du règne du même empereur Auguste, capitale gallo-romaine des Eduens, évêché dès l'Antiquité, Autun fut une ville particulièrement prospère jusqu'au XVe siècle. Fait rare chez les Romains, elle est, dès sa fondation ceinte de remparts protecteurs sur six kilomètres. Ils enclosent toujours la ville médiévale, même si seuls leurs soubassements datent de l'époque romaine. Ils furent, en effet, maintes fois restaurés au fil du temps, en particulier au Moyen Âge. 

P1130387

Quatre portes portes permettaient l'accès à la ville. Deux subsistent aujourd'hui, dont la porte Saint-André.

P1130394

P1130397

Le théâtre gallo-romain pouvait contenir jusqu'à 20.000 personnes, soit la plus grande capacité de l'Empire romain. Il n'en reste que des gradins usés par le temps (et d'autres restaurés), mais l'importance du site témoigne de son ampleur.

P1130388

P1130390