fullsizeoutput_6305

Pour rien.

Parce que j'ai aimé cet instant fugace d'un coucher rougeoyant de soleil sur la neige

à un moment où l'horizon s'assombrissait définitivement. 

Parce que c'était fragile, parce que c'était lumineux, inutile.

Et beau.