Après deux années un peu folles de construction, de double déménagement et d’accueil de Belle-Maman, nous prendrons très prochainement une quinzaine de jours de vacances bien méritées. Pas en Savoie ! Je n’aime pas trop la montagne en été. Et pourtant ! J’y aurais bien fait un saut, si j’avais su.

Car voilà-t-y pas que, l’autre jour, rageant une fois de plus d’être bloquée à l’année 1740 et quelques dans l’une des branches maternelles de mon grand-père ENGLEBERT, je me décide à relire l’acte de mariage de ses arrière-arrière-grands parents Jacques UZANAUZ et Jeanne LERUTH. Celui-ci a eu lieu le 30 août 1772 à Glain (Liège) où Jeanne a vu le jour, le 3 mars 1751. La date de naissance de Jacques, elle, me reste mystérieuse. Ledit acte mentionne, en effet, en latin qu’il est né le 26 décembre 174, mais la pliure du registre occulte le dernier chiffre et ne permet pas de connaître l’année avec précision. Par contre, je crois lire qu’il est de la paroisse St-Martin, donc originaire de Liège, comme la plupart des membres de cette branche. Cependant, je ne retrouve pas son nom dans l’index « toutes paroisses » de Liège ni d’ailleurs dans le registre de St-Martin. Et puis, à mieux y regarder, ce n’est peut-être pas de St-Martin qu’il est question mais de St-Maurice. Mieux, de St-Maurice « in Tarentasia ».

Bizarre autant qu’étrange ! Comme l’est d’ailleurs le patronyme de mon ancêtre dont la singularité m’avait d’emblée interpellée, il y a trois ans, à la première lecture de l’acte de mariage de Jean Simon ENGLEBERT avec Joséphine Elisabeth USANAUZ en 1840. Depuis, je l’ai retrouvé parmi les descendants de Jacques sous ses diverses formes « Uzanaux, Usanas et même Usanne ». Dans cet acte-ci, d’ailleurs, le voilà orthographié USANAX ou USANAZ, l’écriture de l’époque n’étant pas totalement comparable à la nôtre.

Je lis aussi, ce qui m’avait échappé dans ma précipitation à noter les dates de mariage et de naissance, que la date et le lieu de naissance de Jacques ont été constatés par le prêtre officiant sur copie authentique et légale de l’archevêque « Tarentasienti ». A nouveau cette dénomination que je n’identifie pas.

Vive mon Mac à moi ! Car une brève recherche sur un célèbre moteur de recherche à tôt fait de me convaincre que mon aïeul Jacques USANAZ est originaire du diocèse de Saint-Maurice-en-Haute-Tarentaise, autrement dit Bourg-Saint-Maurice en Savoie et ses villages avoisinants, où les noms en AZ sont pléthore et les USANAZ fort nombreux alors qu'ils sont inconnus en région liégeoise avant l'arrivée de Jacques.

Comment un petit savoyard, dont la région d’origine dépend à l’époque du Royaume de Sardaigne, a-t-il un jour débarqué en Principauté de Liège, à une époque où les quelque neuf cents kilomètres à parcourir représentaient une périlleuse aventure ? Le mystère reste et restera sans doute entier.

Pour néanmoins remonter la lignée dans ces Alpes lointaines, il me faudrait retrouver l’acte de naissance de Jacques. Et là, j’ai nettement moins de chance : les archives départementales de Savoie ne me proposent, pour Bourg-Saint-Maurice que les registres de 1740 à 1742 et de 1747 à 1749, parmi lesquels aucun Jacques USANAZ. Dans ceux de Les Chapelles, plus complets, pas de Jacques non plus alors que les USANAZ semblent y proliférer. Mais bon, je ne désespère pas et, l’an prochain, qui sait, un petit tour en Savoie pourrait aider à lever le mystère.

IMG_4496