Et rebelotte ! Je trie, tu jettes, il regarde, nous emballons, vous allez à la déchetterie, ils... Eh oui, nous revoilou en mode déménagement. Non que, rassurez-vous, nous ayons décidé de faire machine arrière, de vendre notre nouvelle maison et de nous réinstaller à Bruxelles, mais bien que nous nous préparons à accueillir Belle-Maman. 

Elle n'en peut plus, la pauvre, de vivre seule. L'âge, bien sûr, et son lot de vicissitudes, notamment de graves problèmes de mobilité que ne parvient pas à compenser même une ville aussi piétonne que Louvain-la-Neuve. Car "piétonne" signifie que l'on marche et quand on ne marche plus ou à peine, aller cherche sa viande à 800 m reste un problème quasi-insurmontable. De toute façon, elle n'a plus le goût ni l'habileté nécessaire pour le préparer son morceau de viande. Et, surtout, il y a la solitude. Immense. Que toutes les aides familiales du monde, si dévouées soient-elles, ne peuvent combler.

Bref, comme nous avions prévu une chambre avec salle de douche au rez-de-chaussée pour nos vieux jours, c'est Belle-Maman qui l'inaugurera à la rentrée. Pour les murs, nous lui avons choisi un jaune lumineux qui s'assortit parfaitement avec celui des stores et illumine la pièce, malheureusement située au nord-est. Mais elle aura vue sur la rue, nos buis et hydrangéas blancs et pourra, bien sûr, profiter du salon, de la terrasse et de la vue à l'arrière. Après avoir longtemps tergiversé, désormais elle piaffe d'impatience. Mais il reste pas mal de mobilier, bibelots et autres accessoires auxquels faire un sort : on ne passe pas impunément d'un appartement à une chambre. Donc, je trie, tu emballes, elle donne, nous jetons, vous allez à la déchetterie, ils... Et, non, d'un chien, qu'est-ce qu'une ville piétonne peut vous enquiquiner la vie quand il faut prendre deux ascenseurs pour rejoindre le parking avec des caisses toujours trop lourdes ! Car, en quatre mois, avec trois petits jours seulement de détente, nous n'avons pas vraiment rajeuni.

IMG_1655

En mai 2014, Belle-Maman était venue voir la maison qui poussait et l'emplacement de ce qui était encore à l'époque son éventuelle chambre