IMG_3710

Preux-au-Bois est un riant village de l'Avesnois, bien loin du cliché d'un Nord triste à mourir. Je le dis riant, parce que je le découvre sous le soleil, fleuri, propret, mais pas seulement. Nous sommes ici en lisière de la forêt de Mormal, dans une région épargnée au XIXe siècle par la Révolution industrielle, donc restée essentiellement rurale et, plus récemment, devenue en partie résidentielle pour des familles naguère citadines, avides de bon air et de calme. 

Je ne suis pas certaine pour autant que mon arrière-grand-mère Augustine Elisa DELFOSSE lui ait trouvé le même charme. Lorsqu'elle y voit le jour le 30 avril 1858, le village compte quelque 1.650 habitants, contre 830 aujourd'hui. Il s'agit essentiellement d'agriculteurs, qui cultivent le blé, le seigle, l'orge, l'avoine et les pommes de terre, ainsi que de sabotiers qui confectionnent également cuillers, sébiles, salières et autres objets de boissellerie. La commune comporte une brasserie, deux moulins à vent, un moulin à eau et quatre fabriques de sabots. Il va sans dire que cette population laborieuse ne roule pas sur l'or, que du contraire.

Comme beaucoup, le père d'Elisa, Emmanuel Joseph DELFOSSE, est donc sabotier. Cela signifie qu'il passe de longues périodes à exercer son métier dans la forêt de Mormal.

Je n'ai à ce jour trouvé ni frère ni soeur à cette arrière-grand-mère, mais bien quelques cousins. Des recherches plus approfondies restent à faire mais, en attendant, j'ai pris bien du plaisir à mettre mes pas dans ceux de la petite fille qu'elle fut voici près de cent soixante ans.

IMG_3695

IMG_3696

Construire en 1764, l'église Saint-Martin n'est dotée de son clocher qu'en 1771. Mon arrière-grand-mère n'a, bien sûr, connu ni la grotte de Lourdes passablement kitch ni le monument aux morts de 14-18, mais son regard s'est maintes fois posé sur la tourelle de cette église anciennement fortifiée et sur la lourde serrure. L'église étant fermée, je n'ai pu y admirer la belle sobriété de la nef saumon ni la statue de Saint-Roch à qui un culte est rendu ici depuis une terrible épidémie de peste en 1794.

IMG_3697

IMG_3699

IMG_3703

Le vieux presbytère est devenu une petite maison de repos pour personnes âgées.

IMG_3702

La chapelle Saint-Joseph qui le jouxte mériterait une profonde rénovation.

IMG_3704

IMG_3705

 Mais pourquoi diable (!) est-ce une statue de la Vierge à l'Enfant que l'on aperçoit à travers le grillage dans une chapelle dédiée à Saint-Joseph ?

IMG_3711

 

La rue au Bois a conservé son caractère rural.

IMG_3706 

Encore une chapelle ! Elle est dédiée à Notre-Dame-de-Grâce.

IMG_3715 

L'architecture de la mairie la fait davantage ressembler au bistrot du coin qu'à un hôtel de ville, mais c'est bien ici que la naissance d'Augustine Elisa fut enregistrée.

IMG_3713 

Mon arrière-grand-mère n'a pas non plus connu l'étang de plaisance qui est pour beaucoup dans le charme du village aujourd'hui. Celui-ci ne fut creusé qu'en 1978. Les travaux mirent au jour des tuiles et tessons gallo-romains puis des structures médiévales, qui témoignent d'une occupation ancienne du territoire de la commune.