P1100157

J'ignore dans lequel des emplois de mon grand-père cette photo a été prise, mais elle témoigne ô combien du style décoratif de l'époque

Dans l’enregistrement de mon cousin, ma tante évoque donc les divers cafés, restaurants et hôtels où travailla son père et il apparaît que si la famille déménagea aussi fréquemment avant 1920, n’hésitant pas à changer non seulement de domicile mais également de ville, c’est que mon grand-père suivait son patron : Marius. Marius, dont j’ignore le nom de famille. Marius qui était cuisinier et, surtout, un brave homme qui avait engagé mon grand-père sur sa bonne mine et, peut-être, un pieux mensonge. Au soir du premier jour où il servit dans son établissement liégeois, Marius lui demanda en effet : « Vous n’avez jamais été garçon, n’est-ce pas ? ». « Non ! », avoua mon grand-père. « Cela ne fait rien, je vous garde quand même ». Leur compagnonnage allait durer 14 ans et je pense même pouvoir parler d’amitié.

Marius n’était pas seulement cuisinier, il était également, semble-t-il, un entrepreneur-né. C’est lui qui ouvrit le mythique café « Le Greenwich » à Bruxelles, où sa famille et la mienne le suivirent. Dans le plus pur style Art Nouveau, le Greenwich a été récemment entièrement rénové et est (re)devenu un haut-lieu de la vie bruxelloise, après avoir accueilli bien des joueurs d’échecs, au nombre desquels, l’un des plus célèbres : le peintre René Magritte. Mais c’était une vingtaine d’années plus tard et j’ignore si Marius en était encore propriétaire. 

le-greenwich-bruxelles 

Sur l’enregistrement de 1996, ma marraine, elle, se souvenait : « Nous habitions rue de Schaerbeek et je jouais au Jardin Botanique ». Un jardin botanique qui, soit dit en passant, n’avait pas grand-chose à voir avec celui que nous connaissons aujourd’hui, ses collections ayant migré au domaine de Bouchout à Meise en 1939. Il fut, en outre, fortement endommagé dans les années 50 par les travaux de la Jonction Nord-Midi et amputé de sa partie basse par la construction du tunnel de la Petite ceinture, avant d’être classé en 1964.

cpa-carte-postale-ancienne-jardin-botanique-bruxelles

jardin-botanique-bruxelles

« Je suis allée quelques jours à l’école gardienne à côté de la maison, poursuit ma tante, et, peu après, nous sommes partis à Charleroi où Marius a ouvert la « Taverne centrale », place Charles II. Nous y avons passé toute la guerre de 14 ». 

Cependant, après la guerre, la caissière de la Taverne a souhaité reprendre à Bruxelles un hôtel-restaurant appelé « L’Univers ». En accord avec son patron, mon grand-père revint donc à Bruxelles comme gérant de cet établissement dans lequel ma grand-mère travailla également. Je me demande si cet « Univers » ne serait pas celui qui, dès la fin du XIXe siècle, avait été un hôtel de luxe, dont les propriétaires portaient un nom d’origine clairement allemande : Schoëffter-Wiertz. Ma tante signale, en effet, qu’en 1919, avec ses parents et ses frères, elle habitait Boulevard Adolphe Max. Or, celui-ci s’appelait précédemment Boulevard du Nord et c’est précisément là que s’élevait ledit hôtel « de l’Univers ». Auquel cas, les photos que voici témoignent du luxe et du gigantisme des lieux avant guerre.  Mais je n’ai a ce propos aucune certitude. Je trouve juste étranger que deux hôtels situés dans le même quartier aient porté le même nom à si peu de temps d’intervalle. 

Univers_Hotel_Brussel_1_Afbeelding_Rekening

Univers_Hotel_Brussel_2_Binnentuin 

« Mes parents travaillaient comme des fous, explique ma tante. Mais l’établissement ne marcha pas, « parce que auparavant cela avait été une boîte allemande, « L’Edelweiss ». Sans doute aussi parce que l’immédiat après-guerre n’était pas propice aux dépenses, même si l’époque fut nommée ensuite « Les années folles ». Quoi qu’il en soit, mon grand-père quitta « L’Univers » pour aller travailler au Saint-Jean, qu’il ne quitterait plus jusqu’à sa mort.

Situé sur le boulevard Anspach, la « Taverne Saint-Jean » était la brasserie de l’Hôtel Joseph, qui deviendrait ensuite l'Hôtel Anspach. Mon grand-père allait y travailler plus de dix ans. 

Hotel_St_Jean_Nord

Anspach_Hotel_Brussel_2

CBBC0715