Je n’aurais jamais imaginé me passionner pour un match de rugby. Eh bien, si ! Pas un vrai match, en fait. Un match reconstitué pour le cinéma. Mais quel match ! Un match plus vrai que vrai, qui a réellement opposé les Springboks aux All Blacks en 1995 et contribué à la réconciliation de la nation sud africaine sous la houlette de Nelson Mandela.

Bon ! Tous ceux qui l’on vu savent que je parle de « Invictus », ce film de Clint Eastwood, dans lequel son vieux complice Norman Freeman campe avec charisme un Madiba acharné à ne pas laisser s’installer la rancœur dans le cœur de ses compatriotes. Plus que le match - magistralement filmé quoique l’issue ne fasse aucun doute - c’est d’ailleurs le portrait de cet homme vieillissant mais toujours combatif, épris de justice et de liberté, qui fait l’intérêt et la richesse du film. Convaincu que la démocratie, si douloureusement arrachée au terme de vingt-sept années d'emprisonnement, aurait tout à perdre des actes de vengeance d’une population noire trop longtemps asservie, le vieil homme y prêche obstinément, inlassablement, le pardon et la solidarité, l’union de la nation malgré les différences, les divergences. Des principes qui peuvent se résumer par « Liberté, égalité, fraternité » et qui s'illustrent dans le rassemblement progressif d'une population pourtant initialement hostile autour de son équipe nationale... jusque là honnie parce que ses joueurs presque exclusivement blancs symbolisent le sport des ex-dominateurs ! 

Un superbe hommage à l'intelligence et à la grandeur de celui qui laisse aujourd’hui son peuple - et peut-être l’humanité entière - orphelins !

(Si vous avez raté "Invictus" hier sur la RTBF, une nouvelle chance de le (re)voir vous est offerte dimanche soir sur France 2) 

article_invictus

Norman Freeman et Matt Damon, l'un et l'autre magistraux dans des registres très différents !