Avoir soixante ans, c’est encore :

- avoir connu le temps où il n’y avait pas d’autoroute entre Bruxelles et Paris. Y être allée coincée entre ses parents dans la petite Dauphine d’un cousin. A Maubeuge, une guirlande lumineuse représentant un clair de lune traversait la rue principale. C’était au temps où Bourvil chantait et où mourait Marilyn.

- avoir connu le temps où il n’y avait pas non plus d’autoroute entre Bruxelles et Namur. Y être souvent allée dans la voiture d'un oncle et une tante qui avaient une petite maison de campagne en bord de Meuse… non sans les faire fréquemment s’arrêter sur le bas-côté pour vomir.

- y être parfois allée en train au départ de la charmante petite gare du Luxembourg dont le bâtiment ultramoderne actuel n’a conservé que la façade. Descendre ses escaliers de fer forgé vers les quais, c’était déjà être en vacances. La petite gare campagnarde d’arrivée a elle aussi disparu.

dyn001_original_512_334_pjpeg_2565708_f3a1281de768553983df273e739be4b7

280px-Euparlamentet