Avoir soixante ans, c’est :

- avoir assidûment fréquenté les cinémas de quartier et s’être gavée d’esquimaux. Détester l’odeur suave du pop corn.

- avoir été amoureuse de Jean Marais en Lagardère, en d’Artagnan, en Capitan, en Capitaine Fracasse… Longtemps après, avoir appris qu’il était gay.

- avoir vu une télévision pour la première fois à six ans, n’en avoir eu à la maison qu’à vingt. Toujours en noir et blanc.

- avoir été amoureuse de Thierry La Fronde. Longtemps après recevoir en plein cœur la déception d’un Jean-Claude Drouot dans la cinquantaine.

- avoir vibré pour Jean Piat en Robert d’Artois dans la série des Rois maudits. Longtemps après ne pas vibrer pour Philippe Torreton dans un remake pourtant réussi.

- avoir droit à une réduction « senior » à l’entrée du multiplexe de quinze salles. S’étonner que la préposée ne s’étonne pas qu’on y ait droit.